Bien que le terme ne gagne en popularité que depuis quelques années, il s’agit pourtant de la plus vieille médecine au monde car avant l’invention des actuels médicaments, les plantes constituaient l’essentiel de la pharmacopée des civilisations anciennes.

Redécouvrons ensemble les bases de l’aromathérapie !

Qu’est-ce que l’aromathérapie ?

Appartenant à la grande famille des médecines non conventionnelles, l’aromathérapie se décline comme une branche de la phytothérapie. Du grec “aroma” pour arôme et “therapeia” pour soin, cure, elle adopte son nom définitif en 1935 grâce au chimiste René-Maurice Gattefossé.

huiles-essentielles-aromatherapie

À la différence de la phytothérapie qui utilise l’ensemble du végétal, l’aromathérapie repose sur l’usage exclusif des composés aromatiques d’un végétal à des fins thérapeutiques intégrales (qui intègre à la fois le plan physique, psychique et émotionnel).

En d’autres termes, il s’agit donc d’une thérapie naturelle et holistique qui utilise les vertus des essences et des huiles essentielles (les composants aromatiques) dans le but de rétablir l’équilibre de l’organisme dans sa globalité en aidant à traiter certains problèmes physiques et troubles émotionnels.

Aromathérapie : pourquoi faire ?

Cette méthode thérapeutique naturelle peut être d’une grande aide pour soulager les maux du quotidien : en cas de maux de ventre ou de tête, de troubles anxieux, de période de stress, d’état de tristesse ou pour soulager les allergies saisonnières entre autre.

Cependant, l’emploi des huiles essentielles ne se cantonne pas seulement à la santé et il est également possible de les utiliser dans de nombreux autres domaines : en cosmétique, en tant qu’actif dans un soin de beauté pour le visage, le corps ou les cheveux, ou en cuisine pour parfumer un plat.

En résumé, il est possible d’employer des huiles essentielles pour :

  • Soulager les problèmes de peau.
  • La santé bucco-dentaire.
  • Rééquilibrer le système nerveux.
  • Soigner les petits bobos du quotidien.
  • Soulager les principaux troubles ORL.
  • Le confort digestif.
  • Le confort féminin.
  • Améliorer la santé sexuelle.
  • L’entretien de la maison.
  • En usage alimentaire.

huiles-essentielles-naturelles

Pour chaque problème, il existe presque toujours une huile essentielle dédiée qui peut aider à soulager, réduire ou traiter les symptômes.

L’aromathérapie : alternative ou complément à la médecine conventionnelle ?

Un grand nombre d’études scientifiques s’attachent aujourd’hui à prouver l’utilité et l’efficacité de l’utilisation des huiles essentielles à des fins thérapeutiques. De récents essais cliniques (Gelmini et al. (2016) par exemple) ont d’ailleurs démontré l’activité inhibitrice des substances volatiles bioactives des huiles essentielles sur la prolifération de certains champignons et bactéries.

Il ne faut pas confondre. Les huiles essentielles ne constituent en rien une solution miracle à tous les maux, mais il en existe cependant un grand nombre qui permet d’obtenir de bons résultats selon le trouble ou les symptômes dont il est question.

menthe-huile-essentielle

Les avis professionnels sont cependant encore mitigés quant à l’efficacité des huiles essentielle dans le traitement de certaines maladies (cancer, dépression, démence…) et bien qu’elles puissent être utilisées en complément pour soulager certains symptômes, elles ne constituent pas encore une forme de traitement 100% efficace ou scientifiquement vérifiable.

Les formations en aromathérapie

Bien qu’il existe un grand nombre d’écoles privées ou d’instituts de formation en ligne qui permettent de devenir aromathérapeute, ces formations sont dites “certifiantes” et ne délivrent aucun diplôme officiellement reconnu par l’État.

La raison est simple, le métier d’aromathérapeute lui-même n’est tout simplement pas reconnu en France et la médecine douce (homéopathie, naturopathie, aromathérapie …) n’est pas acceptée en tant qu’alternative ou complément officiel à la médecine dite conventionnelle (la médecine allopathique).
Officiellement, seul un médecin pourra endosser le rôle d’aromathérapeute, car certaines universités proposent des modules d’enseignements spécifiques en cours de cursus ou des spécialités post-diplôme (DU en aromathérapie).

Un simple diplôme certifiant obtenue auprès d’un institut privé français ou un autre pays où le métier d’aromathérapeute est reconnu, ne permet donc pas de s’établir en tant que praticien en aromathérapie en France, de diagnostiquer et soigner avec les huiles essentielles.

Qu’est-ce qu’une huile essentielle ?

Huiles essentielles et hydrolats (les principales substances utilisées en aromathérapie)
sont constitués de composés aromatiques très puissants (cétones, terpènes, terpènes, aldéhydes, phénols, oxydes…) et leurs compositions biochimiques, à la fois riches et complexes, rendent compte de nombreuses molécules différentes. Dès lors, une même huile essentielle peut posséder différentes propriétés thérapeutiques, et son usage peut être recommandé dans de multiples situations.
Comment sont élaborées les huiles essentielles ?

huiles(essentielles-distillees

Vendue sous la forme d’un liquide plus ou moins épais et visqueux, non gras et odorant, l’huile essentielle est généralement obtenue par distillation à la vapeur d’eau ou par hydrodistillation.
Il s’agit de deux processus complexes qui permettent d’extraire les composés aromatiques volatils de la plante grâce aux processus d’évaporation et de condensation de l’eau.

Post distillation, on obtient deux phases non miscibles : l’essence (ou l’huile essentielle) en surface, et l’hydrolat (l’eau florale), un sous-produit de la distillation qui contient des molécules aromatiques en plus faibles quantités également utilisé à des fins cosmétiques et thérapeutiques.

En ce qui concerne les agrumes, le procédé d’extraction des huiles essentielles est légèrement différent, car celles-ci s’obtiennent par simple expression à froid de l’écorce du fruit.

Comment se conservent les huiles essentielles ?

Après distillation et extraction, une huile essentielle est généralement conditionnée dans un flacon opaque et peut se conserver de 1 à 4 ans après ouverture, à l’abri de la lumière et de la chaleur, et selon le type d’essence dont il est question.

Certaines huiles essentielles contenant des molécules aromatiques plus lourdes (Ylang Ylang, Patchouli) peuvent se conserver jusqu’à 8 ans tandis que d’autres auront une durée de vie plus courte.
L’eau florale quant à elle, est bien plus sensible à l’activité microbienne et doit obligatoirement être conservée au réfrigérateur et utilisée dans les 6 mois qui suivent l’ouverture du flacon.

Huiles essentielles : à quel prix ?

Seuls 10 % des 800.000 espèces végétales existantes sont capables de synthétiser une essence et la liste des huiles essentielles connues et utilisées à ce jour ne compte que 225 espèces végétales.
Il s’agit donc d’une substance rare et précieuse dont le prix moyen dépend généralement de la facilité et du rendement de l’extraction, ainsi que de la localisation ou des conditions de récoltes de la plante aromatique.

Certaines huiles essentielles, comme l’HE de rose de Damas, sont d’autant plus chère que leur taux de rendement est bas. À titre d’exemple, pour 100 kg de feuilles de tea tree on obtiendra environs d’1 kg d’huile essentielle, tandis que l’on aura besoin de près de 400 kg de pétale de rose de Damas pour ne fabriquer “que” 120 g d’huile essentielle.

huile-essentielle-rose

Les huiles essentielles sont des matières précieuses et puissantes. Il est donc important de reconsidérer et mettre en perspective le travail et la quantité de matière nécessaire à l’élaboration d’un petit flacon d’huile essentielle, tant au regard du prix affiché en magasin qu’en termes de dosage au moment de les utiliser.

Les huiles essentielles “bio”

Les huiles essentielles sont certifiées bio lorsque les plantes qui ont servi à leur fabrication ont été cultivées dans le respect de cahier des charges de l’agriculture biologique, sans OGM et sans ajout d’engrais chimiques ou de pesticides.

Les huiles essentielles bio assurent également qu’aucun parfum, conservateurs de synthèse, silicones, substances issus du pétrole, ou autres ingrédients qui pourraient avoir une incidence sur les propriétés de la plante et sur l’organisme de la personne qui va l’utiliser, n’entre dans la composition du produit final.

Pour vérifier la bonne certification d’une huile essentielle, il suffit généralement de vérifier l’étiquette. La mention bio figurant sur un produit devra toujours être accompagnée du nom de l’organisme certifiant (ECOCERT, label A.B, Cosmébio, …) ou d’un numéro de code de type FR-BIO-04; et 95% des ingrédients qui la compose doivent provenir de l’agriculture biologique.

Si tel n’est pas le cas, l’huile essentielle ne peut tout simplement pas afficher le label bio.

Au delà de proposer au consommateur un produit qui a été élaboré dans le respect de l’environnement et libre de substances potentiellement nocives pour l’organisme, la certification bio garantit également un produit pur, de meilleure qualité, et qui se conservera mieux dans le temps.

En outre, les huiles essentielles sont des produits extrêmement concentrés dont l’utilisation requiert généralement de très faibles dosages et le prix d’une huile essentielle bio est à peine plus élevé que le prix d’une huile essentielle conventionnelle. Cette légère différence de prix est donc rapidement amortie, et d’autant plus si l’on compare la qualité des deux produits.

Les huiles essentielles peuvent-elles remplacer les médicaments ?

Tout dépend de quel médicament il est question et lorsqu’il est question de médicaments comme d’huile essentielles, mieux vaut éviter l’automédication.

La médecine conventionnelle a généralement l’habitude d’associer une maladie à un médicament. À l’inverse, l’aromathérapie présente l’avantage de travailler avec des substances complexes qui, selon le type d’huiles essentielles utilisées, possèdent de multiples propriétés.

huile-essentielle-bio

À titre d’exemple, l’huile essentielle bio de lavande vraie est reconnue pour ses propriétés antispasmodiques, décontractant musculaire, anti-inflammatoire, antiseptique, cicatrisante, calmante et équilibrante du système nerveux.

Elle est donc préconisée dans différentes situations, allant des affections cutanées ou allergiques (psoriasis, eczéma, cicatrices ou vergetures); aux problèmes de crampes et de spasmes musculaires, en passant par les troubles du système nerveux (stress, anxiété, troubles du sommeil).

Une huile essentielle se présente donc comme une substance aux multiples vertus, face à des médicaments dont l’usage est souvent bien spécifique. Cependant, selon l’huile essentielle dont il est question et la maladie ou le trouble à soulager, il convient de demander l’avis d’un professionnel afin d’adopter l’huile essentielle indiquée en complément ou en remplacement du dit médicament (rappelons-le une dernière fois, l’automédication est donc à éviter à tout prix !).

Comment utiliser une huile essentielle ?

Il existe différents modes d’administration possibles (par voie aérienne, orale et cutanée), cependant, certaines huiles essentielles, selon leur composition, leurs propriétés et leurs vertus, s’adaptent davantage à un mode d’utilisation spécifique. Avant usage, demandez toujours l’avis d’un professionnel ou assurez-vous de disposer des bonnes informations.

Par voie aérienne

Il s’agit du mode d’administration le plus simple et le plus couramment utilisé par ceux qui débutent en aromathérapie, car la diffusion est facilitée par l’utilisation d’une grande variété de supports.
Il s’agit en outre d’un mode d’utilisation qui permet d’observer des résultats rapides, du fait de la connexion qui existe entre l’odorat et le système limbique (siège de la mémoire et des émotions).

diffuseur-huile-essentielles-aromatherapier

Il est ainsi possible de diffuser une pièce à l’aide d’un diffuseur d’huiles essentielles (diffuseur par ventilation, par nébulisation ou diffuseur à ultrasons), d’utiliser un stick inhalateur pour une utilisation express, de respirer directement quelques gouttes d’huiles essentielles déposées au creux des poignées ou en inhalations pour traiter certains troubles ORL (il suffit de disperser quelques gouttes d’huiles essentielles dans de l’eau bouillante pour en respirer les vapeurs).

Par voie orale

Bien que l’on entende souvent le terme “huiles essentielles alimentaires”, notamment lorsqu’il est question des huiles essentielles de citron, de fleur d’oranger, de menthe ou de camomille, presque toutes les huiles essentielles sont comestibles et peuvent être utilisées par voie orale (en tant qu’exhausteur de goût ou à des fins thérapeutiques).

Cependant, ce mode d’administration requiert la dilution de l’huile essentielle sur un support neutre (sucre, miel, huile végétale …) pour être correctement absorbé par l’organisme.

Pour éviter les contre-indications ou les surdosages, il est recommandé de demander l’avis d’un professionnel, car ce mode d’administration n’est recommandé que dans certains cas et ne peut être utilisé que sur de courtes durées.  Il s’agit également d’un mode d’administration interdit aux enfants de moins de 7 ans.

Avant ingestion, il est donc indispensable de vérifier que l’huile essentielle en question ne fasse pas partie de la liste des huiles toxiques lorsqu’elles entrent dans l’organisme par voie orale (anis vert, arnica, estragon, tea tree, lavande, moutarde, origan, sauge officinale, etc.).

Par voie cutanée

Cette voie est généralement recommandée pour celles et ceux qui débutent en aromathérapie, car il s’agit du mode d’utilisation le moins risqué et permettant de bénéficier des propriétés des huiles essentielles sur une plus longue durée.

Ce mode d’utilisation préconise toutefois la dilution de l’huile essentielle dans un support huileux neutre (une huile végétale bio de préférence) afin d’éviter tout risque de brûlure cutanée. Il ne faut pas oublier que les huiles essentielles sont dermocaustiques et certaines d’entre elles, comme le citron ou les agrumes en générale, sont photosensibilisantes et ne doivent pas être utilisées avant une exposition aux rayons du soleil.

huile-essentielle-application-cutanee

Diluées correctement, les huiles essentielles peuvent alors être utilisées comme huile de massage pour favoriser le bien être et la détente musculaire, en friction pour traiter certains troubles ORL, ou en application locale pour apaiser une piqûre d’insecte, un hématome, ou pour traiter un problème de peau.

Huiles essentielles : précautions et contre-indications

Les huiles essentielles, bien qu’il s’agisse de substances dites “naturelles” et extraites des plantes, sont composées de molécules aromatiques très puissantes.

Mal employées, elles comportent des risques pour la santé, au même titre que n’importe quel médicament. Il est donc primordial de respecter les précautions d’emploi et de ne pas jouer en apprenti sorcier pour éviter tout risque.

Il est également essentiel de tenir compte de l’état de la personne qui utilisera l’huile essentielle ainsi que des conditions d’utilisations. Leur emploi est d’ailleurs interdit à certains profils (femme enceinte, en période d’allaitement, enfant de moins de 3 ans, personnes âgées) et déconseillé dans certains cas particuliers (par exemple, la diffusion d’huiles essentielles à proximité d’un animal de compagnie).

La trousse de secours des huiles essentielles

Bien que la liste des huiles essentielles existantes soit longue (plus de 220 d’huiles essentielles différentes enregistrées), il est possible de se constituer une trousse de secours de départ avec quelques huiles essentielles basiques et polyvalentes.

L’huile essentielle de Lavande Aspic, de Lavande vraie ou officinale bio

Connue pour ses propriétés calmante, cicatrisante, antiseptique, purifiante, et anti toxique, l’huile essentielle de Lavande est idéale pour soulager les coups de soleil et les brûlures, pour traiter certains problèmes de peau (psoriasis, acné, escarres, mycoses), soulager les piqûres d’insectes ou de méduses, et pour soulager les maux de tête et les migraines.

lavande-huile-essentielle

L’huile essentielle de Tea tree bio

À la fois antivirale, antibactérienne, antiparasitaire et énergisante, cette huile essentielle est très utile pour traiter certains problèmes de peau (acné, mycoses), de circulation veineuse (varices, jambes lourdes), en complément pour l’hygiène bucco-dentaire ou pour traiter certaines inflammations (aphtes et gingivites), pour traiter un grand nombre d’infections ORL (angines, sinusites, otites), et pour soulager l’asthénie psychique (fatigue, burn out).

L’huile essentielle de Basilic Tropical bio

Revitalisante et revigorante, l’huile essentielle de basilic tropical constitue un puissant tonique pour le système nerveux. Elle est donc tout indiquée en cas de stress, dépression, fatigue ou insomnie.

huile-essentielle-basilic
Digestive et antispasmodique, elle peut également être dans grand recours pour soulager les problèmes de digestion ou de nausée, et aider à soulager les spasmes, crampes et autres douleurs liées au cycle menstruel et au SPM.

L’huile essentielle d’Hélichryse Italienne Bio

Puissante anti coagulante et réparatrice, l’huile essentielle d’Hélichryse Italienne est très efficace pour résorber les hématomes, accélérer la cicatrisation de petites plaies et réguler les problèmes de circulation sanguine comme la couperose.

Ses propriétés réparatrices en font également une huile essentielle de choix lorsqu’elle rentre dans la composition de soins de beauté, notamment pour lutter contre le teint terne et le relâchement cutané.
Enfin, ces propriétés anticatarrhale (anti inflammation des muqueuses) et mucolytique (qui fluidifie le mucus), sont d’un grand recours contre les problèmes de nez bouché, de bronchites ou de rhinites.

L’huile essentielle de Camomille Romaine bio

Connue pour faciliter le sommeil et pour ses vertus relaxantes, cette huile essentielle est idéale pour traiter certains symptômes liés à l’anxiété, au stress, ou pour aider à soulager les problèmes d’insomnies.
Ces propriétés anti-inflammatoires sont également très utiles dans le traitement des irritations de la peau (acné, eczéma, psoriasis, couperose, dermite …) et pour soulager les ballonnements, les nausées, les spasmes et les coliques.

L’huile essentielle de Citron bio

Stimulante et puissante tonique pour le système nerveux, l’huile essentielle de citron aide à réguler le métabolisme et est d’un grand secours pour lutter contre la fatigue générale (fatigue immunitaire, sensation de lassitude chronique), la fatigue digestive, pancréatique ou hépatique.

huile-essentielle-citron

Antiseptique, elle est également d’une grande utilité lorsqu’elle entre dans la composition de soins pour la peau (pour traiter furoncles, verrue, éruptions et herpès) et constitue un excellent assainissant aérien lorsqu’elle est utilisée en diffusion.

L’huile essentielle d’Eucalyptus Citronné bio

Connue pour ses vertus anti-inflammatoires et anti douleur, l’huile essentielle d’Eucalyptus citronné est un excellent atout contre les problèmes articulaires (arthrose, rhumatisme, inflammation).
Cette huile essentielle est également composée de molécules connues pour leurs effets répulsifs contre les moustiques et les mouches et qui permettent de soulager les irritations cutanées (purit, zona, démangeaisons …).

L’huile essentielle de Menthe Poivrée bio

Les vertus digestives de l’huile essentielle de Menthe poivrée sont idéales pour aider à soulager les problèmes de digestion, crise de foie, nausée et en cas de mal des transports.

huile-essentielle-menthe-poivree
À la fois tonifiante, stimulante, rafraîchissante et revigorante, elle est également d’une grande aide en cas de fatigue générale, de migraines, de maux de tête ou de problèmes de nez bouché, et ces propriétés antalgiques et anesthésiques permettent de calmer les douleurs et les démangeaisons dues aux piqûres d’insectes.

L’huile essentielle de Laurier Noble Bio

Connue pour ses propriétés anti-inflammatoires, elle est d’un grand secours pour calmer les douleurs musculaires et articulaires ainsi que les problèmes de sciatique.

Puissant antiseptique, l’huile essentielle de Laurier Noble est tout aussi remarquable pour traiter certaines infections cutanées (mycoses, furoncles, abcès), inflammations buccales (gingivites, caries, aphtes) et certaines affections respiratoires ou virales (bronchites, asthme, grippes, névrites ou hépatite virale).