Les huiles essentielles par famille bio-chimique (chémotype):

Les huiles essentielles par famille bio-chimique (chémotype):

Le chémotype est une classification chimique, biologique et botanique qui désigne la molécule la plus présente dans une huile essentielle. Le chémotype dépend de facteurs tel que le lieu où pousse la plante, le climat, le type de sol, la période de récolte. L’analyse biochimiue des huiles essntielles par chromatographie nous indique la composition exacte d’une huile essentielle. Il existe différentes familles et sous-familles d’huiles essentielles.

Les acides: Bois de santal, costus, genévrier commun.

Les acides ont des substances rares qui n’apparaissent qu’en traces. Les acides détendent et invitent au lâcher-prise. Ils sont bien tolérés.

Quelques huiles essentielles contenant des acides :

Bois de santal, costus, genévrier commun.

Contre-indications : Ils sont bien tolérés.

Les aldéhydes: Basilic citronné, cannelle de Ceylan, eucalyptus citronné, eucalyptus staigerana, …

Les aldéhydes sont très répandus. Ce sont des anti-inflammatoires majeurs. Antibactériens. Antiviraux. Antifongiques. Spasmolytiques, ils détendent tout le système musculaire et neurovégétatif.

Quelques huiles essentielles contenant des aldéhydes :

Basilic citronné, cannelle de Ceylan (écorce), eucalyptus citronné, lemongrass, litsée citronnée, mélisse officinal, myrte citronnée, thym vulgaire citronné, verveine citronnée.

Contre-indications : La tolérance cutanée est très variable selon le type d’aldéhyde. Le citronnellal est très bien supporté, le citral peut être irritant et le cinnamaldéhyde fait probablement partie des substances les plus irritantes pour la peau.

Les cétones monoterpéniques: Armoise, cypriol, eucalyptus globulus, hysope officinale, …

Les cétones monoterpéniques nécessitent de très fortes précautions d’emploi. Les cétones monoterpéniques sont cicatrisantes, lipolytiques, mucolytiques, anticoagulantes et régénératrices cutanées et cellulaires. Elles sont anti-paritaires (contre les poux). Antivirales. Elles ont un pouvoir régénérateur pour le foie et le pancréas.

Quelques huiles essentielles contenant des cétones monoterpéniques:

Eucalyptus mentholé, romarin à verbénone, sauge officinale, thuya occidental, aneth, romarin à camphre, menthe pouillot, menthe poivrée, hélichryse italienne, lavande stoechade.

Contre-indications: Les huiles essentielles contenant des cétones monoterpéniques sont stimulantes du système nerveux central à faible dose. A forte dose, elles sont neurotoxiques et stupéfiantes. Les cétones monoterpéniques sont probablement les substances les plus critiques à utiliser. Leur neurotoxicité et leur action abortive demande une grande vigilance soutenue face au type d’huile essentielle utilisée, à la dose prescrite, à la durée de prescription, et à la voie d’administration. Proscrit aux femmes enceintes et allaitantes, aux enfants de moins de 10 ans.

Les cétones sesquiterpéniques et diterpéniques: Cèdre de l’Atla, cèdre de l’Hymalaya, …

Les cétones sesquiterpéniques et diterpéniques sont des « cétones gentilles ». Elles ne sont pas considérés comme neurotoxiques et abortives et comptent parmi les substances les mieux tolérées au niveau cutané.

Les cétones sesquiterpéniques sont perçues comme de puissants fongicides, elles sont en outre régénératrices cutanés et cicatrisantes.

Quelques huiles essentielles contenant des cétones sesquiterpéniques et diterpéniques:

Cèdre de l’Atlas et de l’Himalaya, hélichryse italienne (immortelle), manuka, myrrhe, nard de l’Himalaya, vétiver.

Contre-indications: Excellente tolérance au niveau cutané.

Les coumarines: Angélique archangélique, bergamote, citron, mandarine, orange douce, …

Les coumarines, qui se présentent uniquement à l’état de traces, sont surtout l’apanage des zestes d’agrumes avec les fouroucoumarines.

Les coumarines détendent, apaisent et calment en stimulant joie de vivre et bonne humeur. Elles sont anticoagulantes, antipasmodiques et hypotensives.

Quelques huiles essentielles contenant des coumarines:

Bergamote, citron, mandarine, orange douce, pamplemouse, livèche, verveine citronnée,…

Contre-indications: Ils s’avèrent parfois phototoxiques et dermocaustiques (agressif pour la peau). Les coumarines sont cependant parfaites en diffusion.

Les esters: Camomille romaine, ciste ladanifère, épinette noire, blanche, bleue, …

Ce sont les huiles de la bonne humeur. Les esters les plus importants sont l’acétate de bornyle, l’acétate de géranyle, l’acétate de lavandulyle, l’acétate de linalyle,…

Les esters sont antispamodiques, anti-inflammatoires, calmants, antalgiques et anxiolytiques. Ils équilibrent le rythme cardiaque et sont hypotenseurs. Ils sont fongicides.

Quelques huiles essentielles contenant des esters:

Camomille romaine, ciste ladanifère, épinette noire, géranium bourbon, cardamone, lavande vraie, myrte verte, néroli, petit grain bigarade, rose de Damas, ylang-ylang,…

Contre-indications: Ils sont bien tolérés aussi bien au niveau cutané que par voie orale.

Les éthers: Basilic tropiacl, estragon, fenouil doux, …

Les éthers nettoient le tract intestinal, décrispent le système digestif et calment le système nerveux en général.

Quelques huiles essentielles contenant des éthers:

Basilic indien (tropical), estragon, fenouil doux.

Contre-indications: Appliqués pur, ils peuvent présenter des irritations cutanées chez certaines personnes. Il est préférable de les diluer dans un peu d’huile végétale.

Les lactones: Achillée millefeuille, camomille matricaire, camomille romaine, ….

Les lactones se trouvent en petite quantité et les huiles essentielles qui en contiennent sont rares. Ils sont une puissante action mucolytique et expectorante.

Quelques huiles essentielles contenant des lactones :

Achillée millefeuille, camomille matricaire, camomille romaine, inule odorante, hélychrise italienne.

Contre-indications : Appliqués pur, ils peuvent présenter des irritations cutanées chez certaines personnes. Il est préférable de les diluer dans un peu d’huile végétale.

Les monoterpénols: Basilic doux à linalol, bois de Hô, bois de rose, ciste ladanifère, …

Les monoterpénols les plus connus sont bornéol, citronnellol, géraniol, linalol, menthol, nérol, thuyanol,…

Les monoterpènols renforcent le système immunitaire et agissent comme tonique général de l’organisme. Ils sont équilibrants et harmonisants. Ils sont très indiqués pour les traitements à long terme et les maladies chroniques. Ce sont de puissants fongicides, antibactériens, antiviraux,…

Quelques huiles essentielles contenant des monoterpénols :

Lavande vraie, lavande aspic, bois de rose, thym vulgaire ct linalol, géranium rosat, palmarosa, tea tree, thym vulgaire ct thujanol, eucalyptus radiata, ravintsara, inule odorante, menthe poivrée, néroli,…

Contre-indications : Ils sont bien tolérés, excepté le menthol (contenu dans les menthes, menthe poivrée).

Les oxydes: Cardamome, eucalyptus radiata, hysope decumbens, laurier noble, lavande aspic, …

L’oxyde le plus répandu est le 1.8 cinéol. Les oxydes sont de puissants expectorants et décongestionnants broncho-pulmonaires. Ils présentent aussi des propriétés antiparasitaires et antivirales.

Quelques huiles essentielles contenant des oxydes:

Hysope decumbens, ravintsara, myrte verte, eucalyptus radiata, eucalyptus globulus, niaouli, laurier noble, romarin à cinéole,…

Contre-indications: Ils sont bien tolérés.

Les phénols: Baie de saint-Thomas, canelle de Ceylan, girofle, …

Les phénols sont sans doute les bactéricides les plus efficaces. Ce sont les « commandos d’attaque ». Ils sont fongicides, virucides et antiparasitaires cutanés et intestinaux. Ils augmentent la tension sanguine mais peuvent provoquer de l’arythmie cardiaque en cas d’abus.

Quelques huiles essentielles contenant des phénols: Ajowan, thym vulgaire ct thymol, origan compact, sarriette des montagnes, serpolet, giroflier, cannelle de Ceylan (feuilles), basilic exotique,…

Contre-indications : Ils sont très dermocaustiques (ne jamais les utiliser pur sur la peau). Ils sont aussi hépatotoxiques (foie). A utiliser en faible quantité, mélangé avec d’autres huiles essentielles, sur une courte période.

Les sesquiterpènes et azulènes: Achillée millefeuille, bois de santal, cèdre de l’Atlas, …

Les sesquiterpénes apparaissent en fin de distillation d’huiles essentielles exigeant une longue durée de distillation, à savoir les racines, les résines et les bois. Leur concentration est souvent minime.

Leur spectre d’action est très large. Ils sont antiallergiques, anti-inflammatoires, sédatifs. Ils activent le système veineux et lymphatique. Ils diminuent la tension sanguine. Ils favorisent la méditation et développent la spiritualité.

Quelques huiles essentielles contenant des sesquiterpènes: Ylang ylang, cèdre de l’Atlas et de l’Himalaya, encens, myrrhe, patchouli, bois de santal, nard de l’Himalaya…

Contre-indications: Ils sont bien supportés.

Les sesquiterpénols: Bois de santal, carotte, encens, patchouli, pistache lenstique, …

Les sesquiterpénols sont équilibrants, positivants, immunostimulants. Ils aident aussi, grâce à leurs qualités oestrogène-like) à réguler le système hormonal féminin.

Quelques huiles essentielles contenant des sesquiterpènes: Bois de santal, carotte, encens, patchouli, sauge sclarée, niaouli, eucalyptus globulus, camomille romaine, vetiver, ylang ylang…

Contre-indications: Ils sont bien supportés. Mais contre–indication formelle dans les pathologies hormono-dépendantes.