Huiles Essentielles

Contenu de la Page

Une huile essentielle est un extrait de plante aromatique liquide, concentré et complexe, obtenu par distillation par entraînement à la vapeur d’eau de plantes aromatiques ou d’organe de cette plante (fleur, feuille, bois, racine, écorce, fruit,…). Une huile essentielle est l’essence distillée de la plante aromatique. Elle est composée d’une centaine de molécules terpéniques et aromatiques particulièrement actives et originales pour la santé au quotidien.

Histoire et origine des huiles essentielles

Reconnues pour leurs propriétés thérapeutiques et utilisées depuis des millénaires en Chine (cannelle, anis, gingembre), en Inde, au Moyen Orient (origan, pins, carvi ou fenouil…), en Egypte, en Grèce, en Amérique (Aztèques, Mayas, Incas : bois de rose, de Hô, rose musquée du chili) et en Afrique (encens, myrrhe, katafray et ravintsara), les huiles essentielles tombent dans l’oubli au Moyen Age. Il faudra attendre l’arrivée des Arabes (Avicenne, Ibn Sinna invente la distillation à proprement parler) pour assister à un nouvel essor de la médecine par les plantes qui retrouvent alors une place de choix dans l’arsenal thérapeutique de l’époque. L’extraction des huiles essentielles par distillation à la vapeur d’eau naît réellement à l’époque de la révolution industrielle et permet le développement de produits alimentaires et de parfums. Les véritables “pères“ de l’aromathérapie sont Gattefossé puis Valnet et ses disciples. Au début du XXième siècle, R.M.Gattefossé, pionnier de la parfumerie moderne qui, se brûlant les mains lors d’une explosion dans son laboratoire, a le réflexe génial de plonger ses mains dans un récipient rempli d’huile essentielle de lavande. Soulagé instantanément, sa plaie guérit avec une rapidité déconcertante. Etonné par ce résultat, il décide d’étudier les huiles essentielles et leurs propriétés. L’aromathérapie moderne était née. Aujourd’hui, des médecins (Valnet, Duraffourd, Lapraz, d’Hervincourt, Belaiche) et des chercheurs de haut niveau (P. Franchomme), des pharmaciens (D. Baudoux) ont définitivement assis la réputation, l’efficacité et l’extraordinaire richesse des huiles essentielles.

Les critères de qualité des huiles essentielles

Des critères de qualité stricts doivent guider l’achat de l’huile essentielle utilisée pour la santé:

1 – La certification botanique : l’appellation de la plante doit préciser le genre, l’espèce, la sous-espèce, le cultivar afin d’éliminer le risque d’erreur issu de noms vernaculaires locaux.

2 – L’origine géographique : le nom du pays ou d’une région apporte des précisions intéressantes sur le biotope (facteurs environnementaux) de la plante aromatique et déterminera une composition biochimique particulière.

3 – Le mode de récolte ou culture : cette précision vous dira si la plante est sauvage ou cultivée et issue d’une culture biologique (avec label bio affiché) ou non.

4 – Le stade de développement botanique : les caractéristiques de la composition biochimique de l’huile essentielle dépendent parfois du stade de développement végétal: moment de la cueillette avant, pendant ou après la floraison.

5 – L’organe distillé (ou expressé pour la famille des citrus) : la composition biochimique des huiles essentielles varie en fonction de la partie ou de l’organe de la plante distillée. L’écorce de cannelle de Ceylan ne contient pas la même essence que les feuilles du même arbre.

6 – Le mode d’extraction : le mode d’extraction: expression à froid, hydrodistillation, distillation par entraînement à la vapeur d’eau influence aussi la composition de l’huile essentielle.

7 – Le chémotype : l’analyse chromatographique en phase gazeuse couplée à la spectrométrie de masse apportera les précisions fondamentales quant aux molécules particulières et spécifiques rencontrées dans les huiles essentielles.

De l’essence à l’huile essentielle

De nombreux procédés sont utilisés pour l’extraction des substances aromatiques. Cette opération est des plus difficiles et des plus délicates puisqu’elle a pour but de capter les produits les plus subtils et les plus fragiles élaborés par le végétal et ce, sans en altérer la qualité. Les huiles essentielles sont l’essence de la plante.

Produits plus volatiles que matériels pour certaines fleurs mais produits intimement liés à la matière et non directement diffusibles, les huiles essentielles sont des substances complexes et diverses, demandant pour leur obtention, des soins tout particuliers. Dans le cas des exsudations oléorésineuses ou gommes oléorésineuses, la fraction volatile est totalement engluée.

Techniques d’extraction des huiles essentielles

1 – L’expression est la méthode la plus simple. Elle consiste à briser mécaniquement les “poches à essence” des zestes frais d’agrumes pour en recueillir les essences. Le produit obtenu se nomme “essence” et non “huile essentielle” car aucune modification chimique liée à des solvants ou à la vapeur d’eau n’a eu lieu. Cette technique n’est valable que pour les zestes de citron, mandarine, orange, bergamote, lime, pamplemousse,…

2 – La distillation à la vapeur d’eau, connue depuis la plus haute Antiquité, transmise par les Arabes et perfectionnée par les Grassois, est un procédé utilisant l’entraînement des substances aromatiques grâce à la vapeur d’eau. Le procédé, relativement récent, appelé “distillation par entraînement à la vapeur d’eau” apporte une amélioration certaine de la qualité des produits obtenus en minimisant les altérations hydrolytiques (particulièrement des esters) liées au procédé traditionnel de distillation; l’installation comporte une chaudière à vapeur séparée de l’alambic. A la sortie du réfrigérant (à circulation d’eau froide) dans lequel se sont condensées les vapeurs, l’eau distillée et l’essence (plus légère que l’eau), devenue huile essentielle, se séparent. Ce changement d’appellation se justifie pleinement car, sous l’action de l’oxygène, de l’eau, de la vapeur d’eau et de la température, les molécules aromatiques de l’essence subissent diverses modifications (oxydations, hydrolyses, restructurations) minimes dans certains cas, importantes dans d’autres.

La majorité des huiles essentielles sont obtenues par distillation à la vapeur d’eau, sans détartrant chimique et sous basse pression. Le procédé consiste à faire traverser par de la vapeur d’eau une cuve remplie de plantes aromatiques. A la sortie de la cuve et sous pression contrôlée, la vapeur d’eau enrichie d’huile essentielle traverse un serpentin où elle se condense. A la sortie, un essencier recueille l’eau et l’huile essentielle. La différence de densité entre les deux liquides permet une séparation aisée. Les plantes sauvages de montagne ont une odeur et une activité biologique extraordinaires dues, pour certaines, à leur forte teneur en esters aromatiques dont la synthèse est favorisée par l’altitude, l’ensoleillement et la sécheresse, ou encore par la symbiose avec d’autres plantes sauvages du biotope.

L’huile essentielle devrait être:

100% pure, c’est-à-dire exempte d’autres H.E. proches, d’huiles végétales, d’alcool, de térébenthine
100% naturelle, c’est-à-dire non dénaturée, avec des molécules d’hémisynthèse ou de synthèse totale, des agents émulsifiants chimiques, des huiles minérales, etc.
100% intégrale, non amputée, non décolorée, non déterpénée, non rectifiée, non suroxydée, non peroxydée

Les huiles essentielles offrent un maximum de possibilités et d’efficacité pour un minimum de toxicité aux doses prescrites

Les doses préconisées, fruit d’une longue expérience de chercheur, paraîtront dérisoires aux yeux de certains. Que représentent en effet 2 à 3 gouttes? Peu de chose sauf lorsqu’il s’agit d’huiles essentielles douées d’une puissance réactive impressionnante. Respectez donc scrupuleusement les doses prescrites. Un excès n’apporterait rien de plus sur le plan thérapeutique mais pourrait, au contraire, causer des effets indésirables. Quelques chiffres évocateurs:

Pour obtenir 1 kg d’huile essentielle…

– de rose de Damas, il faut distiller 4.000 kg de pétales (1 ha de rosiers)

– de lavande vraie, il faut distiller 150 kg de sommités fleuries

– de lavandin, il faut distiller 50 kg de sommités fleuries

– de clou de girofle, il faut distiller 7 kg de ce bouton floral.

Conseils et précautions pour profiter pleinement de tous les bienfaits des huiles essentielles sans en avoir les inconvénients

1. Se laver les mains après chaque massage ou contact avec la synergie tout simplement parce que la fragrance (odeur) vous accompagnerait longtemps, mais surtout parce que, si vous vous frottiez les yeux avec la main, vous provoqueriez une irritation locale de l’oeil, pas bien méchante mais dérangeante.

2. En cas de projection accidentelle d’huile essentielle dans l’oeil, il faut impérativement rincer l’oeil sous l’eau fraîche du robinet pendant 2 minutes puis placer une compresse imprégnée d’une huile végétale (olive, noisette, noyau d’abricot… ) pendant une dizaine de minutes. En cas de contact accidentel avec des muqueuses sensibles (organes génitaux, conduit auditif, nez), il convient d’agir de la même manière: rincer à l’eau puis appliquer une compresse imprégnée d’huile végétale.

3. Respecter le nombre de gouttes recommandé, la fréquence d’application ou de prise, ainsi que la durée d’utilisation. Le traitement est efficace à ces doses et les augmenter n’apporterait rien de plus, si ce n’est le risque d’effets secondaires possible.

4. Les patients allergiques et à la peau ultra-sensible réaliseront, préalablement à l’emploi de ces synergies d’huiles essentielles, un test de tolérance en appliquant quelques gouttes dans le pli du coude. En cas d’intolérance, une réaction cutanée sera visible en une dizaine de minutes et le traitement ne peut donc pas convenir.

5. En cas d’allergie, d’intolérance ou d’irritation cutanée, appliquer quelques gouttes d’huile végétale de souci (calendula) 3 à 4 fois par jour pendant 2 à 3 jours.

6. En cas d’ingestion accidentelle d’un gros volume d’huile essentielle, téléphoner au centre antipoison de la région.

7. Utiliser les huiles essentielles chez la femme enceinte ou allaitante ainsi que chez l’enfant en bas âge est tout à fait envisageable MAIS nécessite des précautions particulières que le consommateur ne connaît pas. Nous dirons simplement que l’avis autorisé du thérapeute est incontournable.

Conservation des huiles essentielles

Lorsque les archéologues découvrent les tombes des Pharaons égyptiens, et autres dignitaires, ils n’ont aucun problème pour identifier ce qui était contenu dans les petits vases en albâtre, en les portant sous les narines pour capter l’odeur intacte… et vieille de 3.000 ans. C’est dire si les huiles essentielles sont stables et se gardent longtemps en préservant une grande partie de leurs propriétés. Idéalement, les huiles essentielles se conservent dans des flacons en verre coloré et bien scellés.

En effet, les rayons ultra-violets du soleil et la volatilité des huiles essentielles sont les 2 risques à contrôler pour un stockage adéquat. La température a une incidence quasi nulle et l’oxydation de ces substances est presque impossible. Dans ces circonstances, une huile essentielle pure ou une synergie d’huiles essentielles pures peut se conserver pendant 5 ans. Dès qu’une huile végétale est associée aux huiles essentielles, la synergie doit être utilisée dans les 3 ans à cause du risque de rancissement de l’huile végétale (et non à cause des huiles essentielles).

Les huiles essentielles les plus utilisées

Basilic exotique
Bergamote
Bois de Hô

Camomille noble
Cannelle de Chine
Ciste ladanifère
Citronnelle de Java
Citron

Encens
Epinette noire
Estragon
Eucalyptus radiata

Gaulthérie couchée
Géranium d’Egypte
Gingembre

Hélichryse italienne

Laurier noble
Lavande aspic
Lavande vraie

Mandarine
Marjolaine à coquilles
Menthe poivrée

Nard de l’Himalaya
Niaouli

Orange douce

Petit grain bigarade

Ravintsara

Tea-tree
Thym vulgaire à thujanol

Ylang-ylang

Les huiles essentielles par ordre alphabétique

Achillée millefeuille
Acore calamus
Aneth
Anis
Basilic exotique
Bay Saint Thomas
Bergamote
Bois de Hô
Bois de rose
Bois de Siam
Bouleau noir
Cajeput
Camomille allemande
Camomille noble
Cannelle de Ceylan
Cannelle de Chine
Carotte
Cèdre de l’Himalaya
Cèdre de l’Atlas
Céleri
Ciste ladanifère
Citron
Citronnelle
Coriandre
Cyprès toujours vert
Elémi
Encens Oliban
Epinette noire
Estragon
Eucalyptus citronné
Eucalyptus globulus
Eucalyptus radié
Eucalyptus smithii
Fenouil
Gauthérie couchée
Géranium Egypte
Gingembre
Girofle
Hélichryse italienne
Hysope couchée
Inule odorante
Laurier noble
Lavande aspic
Lavande fine (vraie)
Lavandin super
Lemongrass
Litsée citronnée
Mandarine jaune
Marjolaine à coquilles
Menthe poivrée
Menthe verte
Myrrhe
Myrte citronnée
Myrte verte
Nard de l’Himalaya
Néroli
Niaouli
Orange douce
Origan compact
Palmarosa
Patchouli
Pamplemouse
Petitgrain
Pin sylvestre
PruchePoivre noir
Ravintsara
Romarin verbénone
Romarin camphre
Romarin à cinéole
Rose de Damas
Santal Alba
Sapin baumier
Sauge sclarée
Sauge officinale
Serpolet
Tea tree
Thym vulgaire thymol
Thym vulgaire linalol
Thym vulgaire thujanol
Valériane des Indes
Vétiver
Verveine
Ylang-Ylang

Les huiles essentielles par famille bio-chimique (chémotype)

Le chémotype est une classification chimique, biologique et botanique qui désigne la molécule la plus présente dans une huile essentielle. Le chémotype dépend de facteurs tel que le lieu où pousse la plante, le climat, le type de sol, la période de récolte. L’analyse biochimiue des huiles essntielles par chromatographie nous indique la composition exacte d’une huile essentielle. Il existe différentes familles et sous-familles d’huiles essentielles.

Les acides: Bois de santal, costus, genévrier commun.

Les acides ont des substances rares qui n’apparaissent qu’en traces. Les acides détendent et invitent au lâcher-prise. Ils sont bien tolérés.

Quelques huiles essentielles contenant des acides :

Bois de santal, costus, genévrier commun.

Contre-indications : Ils sont bien tolérés.

Les aldéhydes: Basilic citronné, cannelle de Ceylan, eucalyptus citronné, eucalyptus staigerana, …

Les aldéhydes sont très répandus. Ce sont des anti-inflammatoires majeurs. Antibactériens. Antiviraux. Antifongiques. Spasmolytiques, ils détendent tout le système musculaire et neurovégétatif.

Quelques huiles essentielles contenant des aldéhydes :

Basilic citronné, cannelle de Ceylan (écorce), eucalyptus citronné, lemongrass, litsée citronnée, mélisse officinal, myrte citronnée, thym vulgaire citronné, verveine citronnée.

Contre-indications : La tolérance cutanée est très variable selon le type d’aldéhyde. Le citronnellal est très bien supporté, le citral peut être irritant et le cinnamaldéhyde fait probablement partie des substances les plus irritantes pour la peau.

Les cétones monoterpéniques: Armoise, cypriol, eucalyptus globulus, hysope officinale, …

Les cétones monoterpéniques nécessitent de très fortes précautions d’emploi. Les cétones monoterpéniques sont cicatrisantes, lipolytiques, mucolytiques, anticoagulantes et régénératrices cutanées et cellulaires. Elles sont anti-paritaires (contre les poux). Antivirales. Elles ont un pouvoir régénérateur pour le foie et le pancréas.

Quelques huiles essentielles contenant des cétones monoterpéniques:

Eucalyptus mentholé, romarin à verbénone, sauge officinale, thuya occidental, aneth, romarin à camphre, menthe pouillot, menthe poivrée, hélichryse italienne, lavande stoechade.

Contre-indications: Les huiles essentielles contenant des cétones monoterpéniques sont stimulantes du système nerveux central à faible dose. A forte dose, elles sont neurotoxiques et stupéfiantes. Les cétones monoterpéniques sont probablement les substances les plus critiques à utiliser. Leur neurotoxicité et leur action abortive demande une grande vigilance soutenue face au type d’huile essentielle utilisée, à la dose prescrite, à la durée de prescription, et à la voie d’administration. Proscrit aux femmes enceintes et allaitantes, aux enfants de moins de 10 ans.

Les cétones sesquiterpéniques et diterpéniques: Cèdre de l’Atla, cèdre de l’Hymalaya, …

Les cétones sesquiterpéniques et diterpéniques sont des « cétones gentilles ». Elles ne sont pas considérés comme neurotoxiques et abortives et comptent parmi les substances les mieux tolérées au niveau cutané.

Les cétones sesquiterpéniques sont perçues comme de puissants fongicides, elles sont en outre régénératrices cutanés et cicatrisantes.

Quelques huiles essentielles contenant des cétones sesquiterpéniques et diterpéniques:

Cèdre de l’Atlas et de l’Himalaya, hélichryse italienne (immortelle), manuka, myrrhe, nard de l’Himalaya, vétiver.

Contre-indications: Excellente tolérance au niveau cutané.

Les coumarines: Angélique archangélique, bergamote, citron, mandarine, orange douce, …

Les coumarines, qui se présentent uniquement à l’état de traces, sont surtout l’apanage des zestes d’agrumes avec les fouroucoumarines.

Les coumarines détendent, apaisent et calment en stimulant joie de vivre et bonne humeur. Elles sont anticoagulantes, antipasmodiques et hypotensives.

Quelques huiles essentielles contenant des coumarines:

Bergamote, citron, mandarine, orange douce, pamplemouse, livèche, verveine citronnée,…

Contre-indications: Ils s’avèrent parfois phototoxiques et dermocaustiques (agressif pour la peau). Les coumarines sont cependant parfaites en diffusion.

Les esters: Camomille romaine, ciste ladanifère, épinette noire, blanche, bleue, …

Ce sont les huiles de la bonne humeur. Les esters les plus importants sont l’acétate de bornyle, l’acétate de géranyle, l’acétate de lavandulyle, l’acétate de linalyle,…

Les esters sont antispamodiques, anti-inflammatoires, calmants, antalgiques et anxiolytiques. Ils équilibrent le rythme cardiaque et sont hypotenseurs. Ils sont fongicides.

Quelques huiles essentielles contenant des esters:

Camomille romaine, ciste ladanifère, épinette noire, géranium bourbon, cardamone, lavande vraie, myrte verte, néroli, petit grain bigarade, rose de Damas, ylang-ylang,…

Contre-indications: Ils sont bien tolérés aussi bien au niveau cutané que par voie orale.

Les éthers: Basilic tropiacl, estragon, fenouil doux, …

Les éthers nettoient le tract intestinal, décrispent le système digestif et calment le système nerveux en général.

Quelques huiles essentielles contenant des éthers:

Basilic indien (tropical), estragon, fenouil doux.

Contre-indications: Appliqués pur, ils peuvent présenter des irritations cutanées chez certaines personnes. Il est préférable de les diluer dans un peu d’huile végétale.

Les lactones: Achillée millefeuille, camomille matricaire, camomille romaine, ….

Les lactones se trouvent en petite quantité et les huiles essentielles qui en contiennent sont rares. Ils sont une puissante action mucolytique et expectorante.

Quelques huiles essentielles contenant des lactones :

Achillée millefeuille, camomille matricaire, camomille romaine, inule odorante, hélychrise italienne.

Contre-indications : Appliqués pur, ils peuvent présenter des irritations cutanées chez certaines personnes. Il est préférable de les diluer dans un peu d’huile végétale.

Les monoterpénols: Basilic doux à linalol, bois de Hô, bois de rose, ciste ladanifère, …

Les monoterpénols les plus connus sont bornéol, citronnellol, géraniol, linalol, menthol, nérol, thuyanol,…

Les monoterpènols renforcent le système immunitaire et agissent comme tonique général de l’organisme. Ils sont équilibrants et harmonisants. Ils sont très indiqués pour les traitements à long terme et les maladies chroniques. Ce sont de puissants fongicides, antibactériens, antiviraux,…

Quelques huiles essentielles contenant des monoterpénols :

Lavande vraie, lavande aspic, bois de rose, thym vulgaire ct linalol, géranium rosat, palmarosa, tea tree, thym vulgaire ct thujanol, eucalyptus radiata, ravintsara, inule odorante, menthe poivrée, néroli,…

Contre-indications : Ils sont bien tolérés, excepté le menthol (contenu dans les menthes, menthe poivrée).

Les oxydes: Cardamome, eucalyptus radiata, hysope decumbens, laurier noble, lavande aspic, …

L’oxyde le plus répandu est le 1.8 cinéol. Les oxydes sont de puissants expectorants et décongestionnants broncho-pulmonaires. Ils présentent aussi des propriétés antiparasitaires et antivirales.

Quelques huiles essentielles contenant des oxydes:

Hysope decumbens, ravintsara, myrte verte, eucalyptus radiata, eucalyptus globulus, niaouli, laurier noble, romarin à cinéole,…

Contre-indications: Ils sont bien tolérés.

Les phénols: Baie de saint-Thomas, canelle de Ceylan, girofle, …

Les phénols sont sans doute les bactéricides les plus efficaces. Ce sont les « commandos d’attaque ». Ils sont fongicides, virucides et antiparasitaires cutanés et intestinaux. Ils augmentent la tension sanguine mais peuvent provoquer de l’arythmie cardiaque en cas d’abus.

Quelques huiles essentielles contenant des phénols: Ajowan, thym vulgaire ct thymol, origan compact, sarriette des montagnes, serpolet, giroflier, cannelle de Ceylan (feuilles), basilic exotique,…

Contre-indications : Ils sont très dermocaustiques (ne jamais les utiliser pur sur la peau). Ils sont aussi hépatotoxiques (foie). A utiliser en faible quantité, mélangé avec d’autres huiles essentielles, sur une courte période.

Les sesquiterpènes et azulènes: Achillée millefeuille, bois de santal, cèdre de l’Atlas, …

Les sesquiterpénes apparaissent en fin de distillation d’huiles essentielles exigeant une longue durée de distillation, à savoir les racines, les résines et les bois. Leur concentration est souvent minime.

Leur spectre d’action est très large. Ils sont antiallergiques, anti-inflammatoires, sédatifs. Ils activent le système veineux et lymphatique. Ils diminuent la tension sanguine. Ils favorisent la méditation et développent la spiritualité.

Quelques huiles essentielles contenant des sesquiterpènes: Ylang ylang, cèdre de l’Atlas et de l’Himalaya, encens, myrrhe, patchouli, bois de santal, nard de l’Himalaya…

Contre-indications: Ils sont bien supportés.

Les sesquiterpénols: Bois de santal, carotte, encens, patchouli, pistache lenstique, …

Les sesquiterpénols sont équilibrants, positivants, immunostimulants. Ils aident aussi, grâce à leurs qualités oestrogène-like) à réguler le système hormonal féminin.

Quelques huiles essentielles contenant des sesquiterpènes: Bois de santal, carotte, encens, patchouli, sauge sclarée, niaouli, eucalyptus globulus, camomille romaine, vetiver, ylang ylang…

Contre-indications: Ils sont bien supportés. Mais contre–indication formelle dans les pathologies hormono-dépendantes.

Les huiles essentielles les plus utilisées par type de pathologie

Abcès buccal: Girofle, laurier noble
Acné: Arbre à thé (tea tree), lavande aspic
Acouphènes: Hélichryse italienne
Aérophagie: Estragon, basilic exotique
Allergie de la peau: Camomille romaine
Allergie respiraroire (rhumes des foins): Estragon
Angine: Thym à thujanol, niaouli, tea tree
Aphte: Laurier noble, lavande aspic
Arthrite: Gaulthérie couchée, hélichryse italienne
Arthrose: Gaulthérie couchée, laurier noble
Ballonnements: Estragon, basilic exotique
Blessure: lavande vraie (officinale)
Bleus: Hélichryse italienne
Bouffées de chaleur: Sauge sclarée, niaouli
Bronchite: Tea tree, cyprès toujours vert (toux sèche), myrte verte (toux grasse)
Brûlures: Lavande aspic
Cellulite: Genévrier commun, hélichryse italienne, citron
Constipation: Gingembre, estragon
Coupure: Lavande vraie, ciste ladanifère (saignement)
Crampe musculaire: romarin à camphre, gaulthérie couchée
Cystite: Bois de santal, sariette, palmarosa
Diarrhée: Origan compact, cannelle, estragon
Digestion difficile: menthe poivrée
Eczéma: Lavande aspic
Entorse: Hélichryse italienne
Fièvre: Eucalyptus radiata
Gingivite: Laurier noble
Grippe: Ravintsara, arbre à thé, niaouli
Hémorroïdes: Lenstique pistachier, hélichryse italienne, lavande aspic
Laryngite: Thym à thujanol, niaouli
Lumbago: Gaulthérie couchée, romarin à camphre
Maux de tête: Menthe poivrée
Mal des transports: Menthe poivrée
Mycose cutanée: Arbre à thé
Naussées: Menthe poivrée
Nez bouché: Niaouli, thym à thujanol, ravintasara
Otite: Eucalyptus radiata
Piqûres: Lavande aspic
Rhumatismes: Gaulthérie couchée, romarin à camphre, laurier noble
Rhume: Eucalyptus radiata
Sinusite: Eucalyptus radiata, niaouli, tea tree
Tendinite: Gaulthérie couchée
Toux grasse: Myrte verte
Toux sèche: Cyprès toujours vert

Les huiles essentielles par type d’émotion

Les huiles essentielles agissent tant au niveau physique qu’émotionnel.
Les huiles essentielles peuvent être des alliés précieux pour apaiser, calmer et libérer les émotions.

L’olfaction est idéal pour calmer les émotions. Il est donc important de choisir les senteurs des huiles essentielles qui nous conviennent le mieux.

Voici une liste d’huiles essentielles à utiliser dans des cas bien précis.

Agitation: Camomille romaine, petit grain bigarade, mandarine (enfants), lavande vraie, marjolaine à coquilles, orange douce, Ylang ylang.

Angoisse: Camomille romaine, ylang-ylang, encens, bois d’hô, néroli.

Anxiété: Camomille romaine, néroli, marjolaine à coquilles, ylang-ylang.

Asthénie mentale: Laurier noble, basilic exotique, romarin à verbénone.

Choc émotionnel: Camomille romaine, néroli, rose de Damas, nard de l’Hymayala, marjolaine à coquilles.

Concentration: Basilic tropical, menthe poivrée.

Dépression: Mandarine, romarin à verbénone, ylang-ylang, verveine citronnée, néroli, bois d’hô, marjolaine à coquilles, lavande vraie.

Emotivité: Camomille romaine, mandarine, lavande vraie.

Fatigue émotionnel: Petit grain bigarade, bois d’hô, néroli, basilic exotique, laurier noble.

Insomnie: Lavande vraie, mandarine, marjolaine à coquilles, petit grain bigarade, camomille romaine.

Nervosité: Camomille romaine, petit grain bigarade, mandarine (enfants), lavande vraie, marjolaine à coquilles, orange douce, ylang-ylang.

Stress: Petit grain bigarade, lavande vraie, ylang-ylang, orange douce.

Les huiles essentielles par pays

Les huiles essentielles par pays (liste pays non exhaustive):

Australie: Eucalyptus radiata, eucalyptus smithii, tea tree

Belgique: Angélique, valériane officinale

Brésil: Orange douce

Bulgarie: Rose de Damas

Canada: Sapin baumier, épinette noire, pruche

Chine: Bois d’Hô, cannelle de Chine, eucalyptus globulus, gaulthérie couchée

Egypte: Cumin, marjolaine à coquilles, géranium d’Egypte

Espagne: Encens, ciste ladanifère, citron, cyprès toujours vert, eucalyptus globulus, lavande aspic

France: Ail, camomille noble, cyprès toujours vert, eucalyptus globulus, fenouil, hélichryse italienne, hysope couchée, genévrier commun, lavande vraie, lavandin, lavande aspic, menthe poivrée, pin maritime, pin sylvestre, romarin à camphre, romarin à verbénone, sauge officinale, sauge sclarée, thym vulgaire à linalol, thym vulgaire à thujanol

Inde: Céléri, cèdre de l’Hymalaya, palmarosa, nard de l’Hymalaya, basilic exotique, patchouli

Iran: Estragon, galbanum

Italie: Citron, pamplemousse, mandarine, orange douce

Madagascar: Ylang-ylang, katrafay, ravintsara, saro, eucalyptus citronné, niaouli, basilic exotique, poivre noir

Maroc: Khella, cèdre de l’Atlas, ciste ladanifère, cyprès toujours vert, verveine citronnée, romarin à cinéole

Slovénie: Achillée millefeuille, laurier noble, pin sylvestre

Tunisie: Néroli

Vietnam: Bois de Siam, litsée citronnée, cajeput, basilic exotique

Les huiles essentielles par saison

Les huiles essentielles peuvent bien sûr être utilisées tout au long de l’année mais certaines seront plus utilisées en fonction des saisons.

En été: Lavande aspic (piqûres d’insectes, morsures), lavanda officinale (brûlures, coup de soleil), origan compact (turista), citronnelle (pour éloigner les moustiques), géranium (pour éloigner les moustiques)

En hiver: Niaouli (grippe), ravintsara (antivirale), origan compact (sinusite, bronchite), myrte (toux grasse)

Précautions et indications des huiles essentielles

Les huiles essentielles sont les concentrés d’une plante. Elles sont très puissantes. Il est donc très important de bien connaître leurs actions et leurs compositions avant de les utiliser.

Certaines sont neurotoxiques, photosensibilisantes (ne pas s’exposer au soleil après application) ou dermocaustiques (irritante pour la peau).

Le type de patient (enfants, adultes, personnes âgées), la durée du traitement, la synergie des huiles essentielles utilisées, la quantité, le mode d’administration doivent également pris en compte.

En règle générale, on utilisera jamais d’huiles essentielles pour les femmes enceintes de moins de trois mois de grossesse. Nous pourrons ensuite utiliser, sous certaines conditions, certaines huiles essentielles pendant le reste de la grossesse mais il faut rester extrêmement prudent.

Pour les bébés et les enfants, seules certaines huiles essentielles peuvent être utilisées.

Il est important d’utiliser des huiles essentielles 100% naturelles, de bonne qualité.

Les huiles essentielles doivent être conservées dans des bouteilles en verre coloré. Conservez vos huiles essentielles à l’abri de la lumière, au sec.

Ne laissez pas vos huiles essentielles à la portée des enfants.

Demandez toujous conseil à un professionnel avant d’utiliser les huiles essentielles.

Modes d’application et d’administration des huiles essentielles

Les huiles essentielles peuvent être administrées de différentes façons. En fonction du choix des huiles essentielles utilisées, de la pathologie à soigner et du type de patient, on favorisera un mode d’application plutôt qu’un autre. Voici les voies d’administration les plus utilisées.
La voie olfactive: Les odeurs ont un impact important sur notre psychisme. La diffusion d’huiles essentielles peut s’avérer être très efficace pour calmer ou stimuler. L’olfaction agit directement sur le système limbique de notre cerveau (centre des émotions). On peut également utiliser la diffusion pour purifier l’air et éloigner les moustiques.

On utilise en général un diffuseur d’huiles essentielles. On peut également appliquer quelques gouttes d’huiles essentielles sur un mouchoir et respirer. On peut également effectuer quelques respirations directement au flacon.

Les inhalations sont aussi efficaces pour soigner les troubles respiratoires ou nerveux. Attention toutefois aux personnes asthmatiques et allergiques qui peuvent moins bien supporter les inhalations.

La voie orale: La voie interne est principalement utilisée pour traiter les infections internes. On conseille d’apliquer une ou plusieurs gouttes d’huile essentielle sur un support neutre, dans du miel ou de l’huile d’olive. Il faut rester très prudent sur le type d’huiles essentielles à utiliser et le nombre de gouttes lorsqu’on avale des huiles essentielles.

La voie cutanée: L’application simple ou en mélange avec une huile végétale constitue un autre mode d’application intéressant. Ce type d’application est principalment utilisé pour les courbatures, l’arthrose, les maux de tête, les troubles digestifs, le stress, la circulation veineuse, les problèmes dermatologiques, les coupures, les brûlures, les piqûres.

On peut apliquer les huiles essentielles en massage, en compresses, dans le bain. Il faudra être de nouveau très prudent concernant le choix des huiles essentielles et de la quantité utlisée. Certaines huiles essentielles sont irritantes pour la peau et certaines personnes peuvent présenter des réactions, des allergies avec telle ou telle huile essentielle.

Synergies d’huiles essentielles

Les huiles essentielles peuvent être utilisées seules ou en synergies.
Les synergies d’huiles essentielles permettent de multiplier et d’amplifier les bienfaits.

Une synergie de deux à trois huiles essentielles est souvent suffisante pour obtenir un bon résultat.

Voici quelques exemples de synergies d’huiles essentielles:

Entorse: Mélange d’huile essentielle d’hélichryse italienne, de menthe poivrée, d’eucalyptus citronné, de laurier noble, de gauthérie couchée et d’huile végétale d’arnica. A appliquer en massage sur la zone douloureuse.

Mal de gorge: Mélange d’huile essentielle de thym à tujanol, d’arbre à thé, de niauli, de laurier noble et d’huile végétale de Calendula. A appliquer en massage le long de la gorge.

Nez bouché: Mélange d’huile essentielle de thym à tujanol, de ravintasara, d’eucalyptus radié, de niaouli et de lavande vraie. Verser quelques gouttes du mélange sur un mouchoir et respirer.